Actualités

Baguage des jeunes cigogneaux.

Fin juin, la campagne de baguage au nid des poussins de Cigogne blanche bat son plein en Picardie dans le cadre d'un programme régional de la dynamique des populations en Hauts de France et Seine Maritime institué par le Museum de Paris, une petite partie des 60 nids picards connus dans notre région vont être visités par les naturalistes du Syndicat mixte Baie de Somme (parc du Marquenterre). La majorité des poussins dont les nids sont inaccessibles, trop hauts, dans des arbres morts ou situés dans des héronnières ne pourront être bagués pour la sécurité des oiseaux…et du bagueur ! Les cigogneaux sont pesés, mesurés. Le bagueur officiel du Museum de Paris leur pose une bague métal numérotée. Une bague plastique de couleur verte avec 4 lettres blanches est rajoutée à l’autre patte pour permettre l’identification à distance des individus. Les jeunes sont bagués à 6 ou 7 semaines quand la patte est bien développée et qu’ils commencent à se mettre régulièrement debout sur le nid.  On sait que la majorité de « nos » jeunes cigognes « picardes » hivernent dans le sud de l’Espagne et du Portugal (région de Faro). D’autres vont au Mali, en Mauritanie ou au Niger. Pour cela ils longent les côtes françaises ou passent à l’intérieur par la Mayenne, l’Indre et Loire, l’Allier.  Relativement peu de jeunes nés en Picardie reviennent nicher chez nous après avoir hiverner théoriquement deux ans au sud. Mais de plus en plus de jeunes reviennent au bout d’un an en Europe, est ce le fait d’une détérioration des sites plus méridionaux ? A l’inverse des jeunes nés et bagués en Picardie nichent maintenant en Normandie, Belgique, aux Pays Bas, en Vendée et même à Colmar … en Alsace ! Les effectifs augmentent aussi de manière importante dans le Pas de Calais (vallée de l'Authie, marais arrière littoraux...)

P Carruette 28 juin 2022 crédit photo S Bouilland