Actualités

Le bonheur du Pic épeiche

En forêt, les arbres qui ne reprendront pas vie au printemps suite à la sécheresse estivale font faire le bonheur des pics épeiches, noirs ou épeichettes. Ils vont y déloger grâce à leur longue langue munie de crochets les larves de bostryches et de scolytes. Enfant nous avons tous enlevé un large « bouclier » d'écorce sur l'un de ces vieux troncs morts. Et là surprise « une œuvre d'art » se découvre à nos yeux. La face interne de l'écorce et le bois semblent parcourus par un complexe réseau autoroutier de galeries. Pour se reproduire les insectes scolytes mâles creusent un trou dans l'écorce puis une chambre nuptiale où ils s'accouplent à une ou plusieurs femelles selon les espèces. Chaque femelle creuse ensuite dans l'aubier une galerie centrale où elle pond quelques dizaines d'oeufs. A leur naissance, les larves rongent le bois tendre encore gorgé de sève partant en galerie en éventail pour finir par creuser une loge de métamorphose, c'est ainsi que se dessinent le réseau typographique des scolytes digne de nos plus complexes métros. A maturité, après la nymphose, chaque nouvel adulte perce un trou pour sortir à l'air libre et s'envoler pour entamer un cycle futur...Certaines espèces de ces insectes ne touchent que le bois mourant, d'autres le bois vivant souvent affaibli notamment les conifères. Même mort les arbres sont toujours nécessaires à la biodiversité.

P Carruette 19 février 2022 crédit photo Erik Karits