Actualités

Le faucon crécerelle

Les feuilles des arbres se préparent à jaunir, les oiseaux deviennent tous migrateurs, les jours ne font que se rapprocher des nuits, voilà quelles images nous donnent habituellement septembre. Mais cette année l'été exceptionnel fait une belle résistance.

C'est aussi l'occasion de remarquer plus facilement certaines espèces communes. Il en va ainsi du faucon crécerelle, le plus commun de nos rapaces dans les années 1990 (environ 70.000 à 85.000 couples en France) qui a terminé sa nidification. Si quelques jeunes demeurent sur le territoire de leurs parents pendant un certain temps, la plupart sont dans l'obligation de gagner d'autres espaces de chasse. Leur taux de survie est intimement lié à la richesse en nourriture de leur nouveau territoire, notamment la forte densité en rongeurs et en gros insectes. Le mode de chasse du crécerelle est fort bien connu avec ce vol stationnaire ajusté en fonction des vents contraires et des courants ascendants. Il est ainsi comme suspendu à un invisible fil dans les airs. Seule la tête est légèrement mobile, les gros yeux globuleux à la recherche du moindre mouvement dans l'herbe rase. La capture va s'opérer par descente en paliers successifs. Ce type de chasse (dit du vol en « Saint Esprit » permet de chasser en milieu totalement ouvert notamment les grandes steppes et terres agricoles sans arbre. On constate que depuis 2000 et surtout ces quatre dernières années les effectifs de ce petit rapace s'effondre. Le long des routes et des autoroutes en été alors que l'on pouvait observer au moins un individu tous les 3 ou 4 kilomètres. On connaît avec les études sur le long terme dans certaines régions que l'espèce peut avoir de fortes variations interannuelles mais sa situation ne semble pas vraiment au beau fixe.

 

La buse variable au régime alimentaire moins spécialisé devient vraiment plus abondante. Tout comme nombre de passereaux insectivores, le crécerelle voit bien son potentiel alimentaire s'effondrer en milieu agricole.

 

Crédit photo S Bouilland