Actualités

Les bécassines.

Dans un fossé un groupe de Bécassines des marais s’affère à sonder le sol détrempé. Le bec droit démesuré, le petit corps rondelet et le plumage mordoré aux nuances infinies sont des plus caractéristiques. Pourtant pour nombre d’observateurs ce n’est souvent qu’un missile au vol fougueux et zigzaguant qui sera entrevu. La bécassine se nourrit en sondant au hasard la vase de son bec dont l’extrémité des mandibules est extrêmement sensible et flexible. C’est un outil tactile d’une précision remarquable pour capturer vers, larves et invertébrés du sous-sol. Plumage gonflé lui donnant du volume factice, toujours sur le qui-vive, ses yeux placés hauts sur la petite tête lui permettent de repérer d’éventuels prédateurs tout en se nourrissant. Lorsque le sol se durcit et que le gel s’empare des zones humides, la vie devient plus dure pour ces poids plume de 100 grammes. Mais elles ont l’art de trouver le moindre espace libre de glace. Grâce au baguage on sait que les bécassines hivernants en France viennent surtout d’Europe du nord est, de l’Allemagne à la Russie en passant par la Pologne. Les oiseaux d’Allemagne du sud, de Slovaquie et Hongrie hivernant surtout sur le littoral méditerranéen.

P Carruette 21 décembre 2021 crédit photo S Bouilland