Actualités

Premier bilan de saison

La fin du mois de mai permet de dresser un premier bilan de la saison de reproduction de nombre d'espèces.

On peut dire que ce commencement de printemps est on ne peut plus catastrophique. Pluies continuelles certes bénéfiques notamment pour la végétation et les sols mais alliées avec des températures bien en dessous des moyennes saisonnières avec de perpétuels vents de nord particulièrement violents ont provoqué des retards chez les couvées et naissances. Mais le souci principal reste le manque de nourriture. A cette époque la majorité des espèces animales même granivore comme le moineau domestique nourrissent leurs petits avec des insectes riches en protéines indispensables à une croissance rapide. Le manque de chaleur a ralenti l'apparition des invertébrés et leurs chenilles et larves déstabilisant l'ensemble de la chaîne alimentaire. Batraciens, poissons, et même beaucoup de mammifères comme les chauves-souris ou les musaraignes sont aussi insectivores. Les plus touchés vont être les passereaux strictement insectivores comme les pouillots, rossignols, hypolaïs et autres coucous.... Nombre de personnes ont remarqué la mort des poussins de mésanges bleues ou charbonnières dans leurs nichoirs, les parents ne trouvant pas assez d'insectes pour les nourrir. Les martinets noirs viennent à peine de s'installer sur leur colonie dans notre région, soit plus de 15 jours plus tard que d'habitude, la plupart des oiseaux s'étaient réfugiés temporairement en vallée de la Loire, le temps que la situation climatique s'améliore. Ce phénomène de rétro-migration est bien connu chez les hirondelles et martinets lors de crise alimentaire. La bondrée apivore, rapace insectivore, est aussi revenue d'Afrique 20 jours plus tard dans les Hauts-de-France.

Ph. Carruette 11 juin 2021