Actualités

Premières gelées..

Avec les premières gelées sérieuses de l’année, les matins de givre sont des instants à ne pas manquer. Plaisir des yeux immortalisé pour l'objectif du photographe ou simple moment d'éphémère contemplation.

On peut remettre en service les mangeoires des jardins avec leurs graines de tournesol.  Les verdiers font une timide apparition. Les mâles adultes se reconnaissent bien à leur livrée jaune vert rutilante. Les femelles sont plus ternes à dominante grise et les jeunes mâles sont... entre les deux !

Les verdiers picards sont plutôt sédentaires bien qu'une partie puisse descendre hiverner en Espagne ou au Portugal. A l'inverse le nord de la France reçoit en hivernage des verdiers originaires de Belgique, Pays Bas, Danemark mais aussi du sud-ouest de l'Angleterre. Mais cela reste très variable et n'obéit qu'à des règles pas toujours précises et comprises. Les mêmes oiseaux peuvent une année choisir de rester dans le sud de la Scandinavie et l'année suivante descendre en France. A la mangeoire, ils font la loi s'installant à table « les pattes dans le plat » et empêchent leurs congénères et autres espèces d'accéder au repas. Leur bec épais broie ou décortique facilement les grosses graines.

Durant l'hiver 2016-2017, une importante mortalité a eu lieu sur cette espèce dans les jardins due surtout à la trichomonose aviaire. Cette maladie est causée par un protozoaire (connu chez les colombophiles sous le nom de chancre) créant des lésions buccales jaunâtres et une infection du foie conduisant à une anémie mortelle. En 2005 ce sont plus de 20% de la population de verdiers anglais qui fut décimée. Il est important de désinfecter régulièrement le plateau de la mangeoire notamment lors des périodes humides pour éviter le développement d'agents pathogènes. Les verdiers grégaires restant longtemps sur la mangeoire sont particulièrement sensibles aux maladies virales et bactéries. Il est bien entendu inutile et néfaste de nourrir toute l'année et surtout pas d'avril à octobre.

Crédit photo V. Caron

P. Caruette 21 nov 2019