birds-g990a4ef75_640

Protégeons les oiseaux.

Partager

Un coup de froid, premières vraies gelées, quelques flocons de neige, sont une bonne occasion d’offrir comme cadeau pour la fin de l’année…une mangeoire à passereaux !  Choisissez là (ou mieux construisez la… ) avec un toit qui protégera la nourriture des intempéries. Vous la disposez sur un piquet au centre du jardin près d’arbustes mais aussi visible de votre fenêtre de cuisine ou de séjour. Question approvisionnent, faites simple, très simple : les graines de tournesol conviennent à tous. Verdiers, Pinsons des arbres, mésanges ou Sitelle torchepot. La scène est disposée, vous n’avez plus qu’à vous mettre dans votre fauteuil (avec le journal d’Abbeville !) et le film est toujours garanti de qualité (sans redevance ni zapping) Au bout de quelques jours virevoltent le petit peuple des passereaux. Les mésanges charbonnières sont les plus nombreuses, chaque arrivée au poste de nourrissage déclenche un gonflement de plumes, ailes et queue écartées pour défendre sa place à table. Remarquez que chez cette espèce le mâle a une large cravate noire au milieu du ventre jaune, cravate plus fine chez la femelle. Les mésanges au plumage identique chez les deux sexes sont plus actives. Il est agréable de les voir coincer une graine entre leurs doigts grêles pour la décortiquer. Des morceaux de gras de bœuf crus et non salés ou des boules de graisse permettront d’autres acrobaties au peuple des mésanges. Des conifères à proximité seront appréciés des Mésanges huppées ou noires. Plus discrète, au plumage gris cendre, la mésange nonnette fait aussi à la mangeoire par couple. Pommes pourries ou poires flétries déposées au sol feront naître querelles et postures d’intimidation aux merles et Grive musicienne, vite départagés par les Etourneaux au « savoir vivre » limité.

P Carruette 4 décembre 2022 crédit photo Ivabalk