Actualités

Le courlis cendré.

Les fortes marées de mi-juillet ont repoussé sur le reposoir du Parc du Marquenterre plusieurs centaines de Courlis cendrés. Affublés de leur long bec recourbé, ils sont tournés face au vent, alignés sur de vastes prairies à l’herbe rase. Les femelles ont le bec plus long que les mâles ou les juvéniles. Patients, ils attendent que le flot recule…Ils nous viennent des polders hollandais, des îles frisonnes, des tourbières écossaises. En Picardie, seuls quelques rares couples subsistent dans les prairies de fauche de l’Oise et de l’Aisne avec seulement 5 à 10 couples. Sur le littoral, il semble qu’il ne se soit plus reproduit depuis une vingtaine d’année. L’évolution rapide des pratiques agricoles porte atteinte à ce grand limicole resté très farouche chez nous.

P Carruette 31 juillet 2022 crédit photo Denis Doukhan